SBU

Origines de la SBU

Extrait de la plaquette éditée à l'occasion des 111 ans de la SBU:

La Société Belge d’Urologie (SBU)

La Société Belge d’Urologie est née d’une conversation animée entre 2 chirurgiens-urologues revenant d’une réunion scientifique à Paris, un soir de 1900. C’est ainsi que G. Lemoine, cité par A. Similon, rapporte «les éléments fondateurs de la Société Belge d’Urologie» à l’occasion d’une allocution prononcée en 1930 à la tribune de la SBU.

En effet, Jean Verhoogen et Antoine d’Haenens, passionnés par les progrès techniques en urologie à la fin du XIXe siècle et par l’aura de Félix Guyon de l’hôpital Necker à Paris, décidèrent de jeter les bases d’une société belge d’urologie... «à l’instar des français», dixit Lemoine et Similon. Les premiers contacts furent pris en 1900 et la société officiellement créée le 3 février 1901. Les membres fondateurs de la Société Belge d’Urologie furent au nombre de trois: De Keersmaecker, Verhoogen et d’Haenens.

Rapidement, ils créèrent un organe officiel pour la société: «Les Annales de la Société Belge d’Urologie». Cette publication parut de 1901 à 1927. Elle fut remplacée en 1928 par le «Journal belge d’urologie» dont le rédacteur fut Jean De Smeth durant de longues années. En 1954, le journal est rattaché aux Acta Medica Belgica et prendra dès lors le nom «Acta Urologica Belgica». Les «Acta» seront publiés jusqu’en 2000; ils disparurent compte tenu de la concurrence toujours plus forte des revues d’urologie en langue anglaise. Il faut toutefois signaler que les «Acta» étaient indexés et constituaient souvent un premier tremplin pour les jeunes urologues souhaitant publier leurs travaux.

Jean Verhoogen, un des fondateurs de la SBU, diplômé en 1888, s’intéressa très tôt à l’urologie. En 1895, il est le premier en Belgique à réaliser une cystectomie totale. En 1896, il publie le premier cas de prostatectomie totale pour cancer avec survie... En 1909, il est rapporteur sur «La cystectomie totale» au congrès international de Budapest. A la même époque, il décrivait la vessie caecale de substitution. Il s’agissait de la première poche de substitution jamais décrite auparavant, le drainage à la peau s’effectuant via l’appendice. En 1921, il démontre que l’instillation de bleu de méthylène diminue la taille des papillomes vésicaux. En 1927, il est Président du 6e congrès international d’urologie qui se tient à Bruxelles.

Depuis sa fondation, la SBU organise un congrès annuel, et dès 1910, un ou deux urologues sont chargés de présenter un Rapport, à l’instar des sociétés scientifiques françaises. La tradition de présenter un Rapport au congrès annuel de la SBU se maintiendra jusqu’à la fin des années nonante. En 1910, De Keersmaeker et d’Haenens présentent un Rapport sur «Le traitement des tuberculo-bacillies par la tuberculine». En 1928, Jules François d’Anvers présente un Rapport sur la «Pyéloscopie».

A la veille de la 2e guerre mondiale, la SBU comptait 98 membres belges et 57 membres étrangers. Aujourd’hui elle compte 170 membres effectifs et 20 membres juniors.

La SBU est une société scientifique de petite taille, comparée à ses «voisines» que sont l’Association Française d’Urologie (AFU), la British Association of Urological Surgeons (BAUS), et à fortiori l’European Association of Urology (EAU). Les grandes avancées techniques et scientifiques de l’urologie moderne sont présentées dans ces congrès internationaux. La SBU, quant à elle, se distingue par sa convivialité et ses contacts personnalisés entre collègues et avec les laboratoires pharmaceutiques. Chaque Président souhaitant par ailleurs imprimer une touche personnelle à «son» congrès.